...

La ville impose désormais le port du masque dans les lieux publics et les commerces.

Actualités concernant les mises à jour de la semaine sur le site de 2FODIS Solutions Informatique 77170
Une semaine avant le début du déconfinement national, la Ville de Cannes rend obligatoire le port du masque de protection dans les transports en commun, les commerces et marchés et les lieux publics à forte densité humaine. Pour faire appliquer ces mesures à l’ensemble de la population cannoise à compter de ce lundi 4 mai , la mairie annonce sur Twitter avoir « déjà distribué à l’ensemble de la population cannoise, à chaque habitant, chaque résident et chaque personne travaillant sur la commune plus de 112 000 masques, en attendant qu’ils soient disponibles dans les pharmacies et les autres points de vente ». Alors qu’une journée de tolérance est observée ce lundi, les premiers contrôles se feront à compter de demain, mardi 5 mai, « afin de laisser le temps aux personnes qui ne seraient pas encore en possession d’un masque, de s’en doter gratuitement », précise un communiqué. « Concilier l’exigence de protection sanitaire avec la nécessaire reprise économique et de la vie sociale est une priorité absolue », a déclaré le maire de Cannes, David Lisnard. Et pour veiller au respect de ces règles, la ville de Cannes expérimente déjà un dispositif de surveillance dans l’espace public. Trois marchés de la ville (Forville, Gambetta et La Bocca) sont équipés de caméras intelligentes capables de détecter l’absence de masques depuis le 23 avril dernier. De tels dispositifs ont également été testés dans les bus de la ville depuis le 29 avril. La ville soutient que ce dispositif ira au devant des Cannois pour « une action pédagogique, bienveillance et citoyenne, les incitant au port du masque ou, le cas échéant, en distribuant des masques à celles et ceux qui n’en ont pas. J’ai souhaité l’expérimentation de la technologie innovante de Datakalab sur nos marchés afin de permettre d’évaluer 15 jours avant la sortie du confinement le port du masque par nos habitants, comme complément aux gestes barrière indispensables », a expliqué David Lisnard.