A LA UNE – MARS 2020

Mises à jour et téléchargements du 1er au 8 Mars

Mises à jour et téléchargements du 8 au 15 Mars

Mises à jour et téléchargements du 15 au 22 Mars

Piratage et téléchargement illégal : le gouvernement contre la transaction pénale pour les internautes
Nvidia : deux cartes graphiques avec de grosses configurations repérées
Fibre optique : une fin d’année 2019 record
HTTPS pour tous : Let’s Encrypt a émis plus d’un milliard de certificats
Gmail : un outil d’IA améliore la détection des documents Office malveillants
Les Français passent 2h12 chaque jour sur internet

Covid-19 : les réseaux sociaux s’unissent contre la désinformation

Fibre optique : une fin d’année 2019 record

Le nombre d’abonnements pour le très haut débit fixe en France atteint 11,4 millions, dont plus de 7 millions pour la fibre optique FTTH.

Selon l’Autorité de régulation des télécoms, le quatrième trimestre 2019 a été un trimestre ” très au-dessus de tous les précédents ” en matière de déploiement de la fibre optique FTTH et d’accès. L’Arcep souligne des ” acteurs mobilisés en zone d’initiative privée comme sur les réseaux d’initiative publique. “

Au 31 décembre 2019, le nombre d’abonnements actifs en fibre optique de bout en bout dépasse les 7 millions. Les accès FTTH représentent en France 62 % du nombre total d’accès à très haut débit fixe (FTTH, réseaux avec terminaison en câble coaxial, VDSL2, cartes SIM 4G à usage fixe).

Ce sont 705 000 accès supplémentaires en FTTH sur le quatrième trimestre et une progression du nombre d’abonnés de 2,3 millions sur l’ensemble de l’année, contre +1,5 million en 2018.

Fin 2019, 18,4 millions de locaux sont éligibles aux offres FTTH (+35 % sur un an). Le déploiement des réseaux FTTH a enregistré un gain de 1,6 million sur le seul quatrième trimestre avec Orange, SFR, Bouygues ou encore Free.

Pour le très au débit (débit maximum descendant supérieur ou égal à 30 Mbps) et toutes technologies confondues, le nombre d’abonnements est de 11,4 millions (18,4 millions d’abonnements haut débit). ” Désormais, 38 % des abonnés en France bénéficient d’un accès Internet à très haut débit (+7 point en un an). ”

L’objectif du gouvernement pour la couverture Internet fixe des territoires est de couvrir d’ici 2022 le territoire en Internet très haut débit, dont 80 % en fibre optique. Au 31 décembre 2019, 23,5 millions de locaux sont éligibles au très haut débit.

Covid-19 : les réseaux sociaux s’unissent contre la désinformation

Facebook, Google, LinkedIn, Microsoft, Reddit, Twitter et YouTube ont publié une déclaration commune promettant de lutter contre les fraudes et la désinformation liés au Covid-19.

Les plus grands réseaux sociaux ont publié ce lundi une déclaration commune concernant la pandémie de coronavirus, promettant de lutter contre la fraude et de réduire la désinformation partagée sur leurs plateformes. Parmi les signataires figurent Facebook, Google, LinkedIn, Microsoft, Reddit, Twitter et YouTube.

Cette déclaration commune fait suite à la participation de plusieurs entreprises américaines dans le domaine technologique à une téléconférence la semaine dernière avec des responsables de la Maison Blanche. Au cours de cette téléconférence, qui aurait duré plus de deux heures, les représentants du gouvernement américain leur ont demandé de contribuer à stopper la propagation en ligne de théories de conspiration sur le coronavirus, entre autres choses.

Dans leur déclaration commune, publiée ce lundi, les sept réseaux sociaux ont déclaré qu’ils coordonnaient et collaboraient désormais entre eux et avec les agences gouvernementales de santé du monde entier pour lutter contre la désinformation liée au Covid-19 : « nous aidons des millions de personnes à rester connectées tout en luttant conjointement contre la fraude et la désinformation sur le virus, en augmentant le nombre de contenus faisant autorité sur nos plateformes et en partageant des mises à jour critiques en coordination avec les agences gouvernementales de santé du monde entier », ont déclaré les sociétés.

L’union fait la force

La déclaration commune ne donne pas de détails sur la manière dont les sociétés vont traiter la fraude et la désinformation sur le coronavirus ; elle vient cependant apaiser les critiques sur le nombre de fake news concernant le coronavirus ayant récemment fait surface sur certaines de leurs plateformes. Parmi celles-ci, on peut citer des annonces frauduleuses sur des remèdes au Covid-19, des articles de presse de sources inconnues ou contenant des informations incorrectes, ou encore des vidéos colportant des théories de conspiration sur l’origine de la maladie.

Certains réseaux sociaux, signataires de la déclaration, avaient déjà commencé leur lutte contre les mauvais contenus liés au Covid-19 et publiés sur leurs plateformes, avant même cette annonce. Par exemple, Google a interdit les applications Android sur le Covid-19, Facebook a supprimé les publicités trompeuses et Twitter a bloqué les comptes partageant des théories de conspiration.

Toutefois, ces efforts n’ont pas été suffisants et il reste beaucoup de travail.

HTTPS pour tous : Let’s Encrypt a émis plus d’un milliard de certificats

Let’s Encrypt a délivré plus d’un milliard de certificats TLS gratuits et a surtout contribué à faire grimper en flèche le taux de pages web chargées via HTTPS.

Fin février, l’autorité de certification Let’s Encrypt a annoncé un cap hautement symbolique. Depuis son premier certificat en septembre 2015, plus d’un milliard de certificats TLS ont été délivrés.

Let’s Encrypt œuvre pour la démocratisation et la généralisation des communications chiffrées sur le Web entre un serveur et l’utilisateur. Une initiative qui passe par des certificats gratuits pour le protocole TLS utilisé avec HTTPS et avec une simplification pour l’implémentation.

À but non lucratif, le projet est sous l’égide de l’Internet Security Research Group et bénéficie du soutien de Mozilla, Cisco, l’Electronic Frontier Foundation, OVHcloud, Chrome, l’Internet Society et Facebook qui sont des membres Platinum.

Bien d’autres acteurs apportent également leur soutien et parrainage avec un niveau différent de contribution.
Les certificats HTTPS émis par Let’s Encrypt sont valides pour une durée de seulement 90 jours pour les sites, ce qui explique aussi le chiffre d’un milliard de certificats distribués. Des outils mis à disposition permettent d’automatiser la gestion et le renouvellement.

Pour autant, Let’s Encrypt revendique la sécurisation de près de 192 millions de sites web, contre 46 millions en juin 2017. À cette époque, de l’ordre de 58 % des pages web dans le monde étaient chargées via HTTPS. Elles sont désormais 81 %.

” C’est une réalisation incroyable. C’est beaucoup plus de vie privée et de sécurité pour tous. ” Il y a quelques années en arrière, le pari semblait un peu fou pour Let’s Encrypt. Le succès est manifestement au rendez-vous.

Il y a bien eu des craintes en rapport avec des certificats fournis à des sites de phishing et Let’s Encrypt n’échappe pas aux bugs, comme récemment avec la révocation de plusieurs millions de certificats en raison d’un problème dans son outil de validation et d’émission de domaines (pour la procédure de revérification).

Nvidia : deux cartes graphiques avec de grosses configurations repérées

Deux cartes graphiques Nvidia avec un gros nombre de coeurs CUDA ont été repérées en benchmark. S’agirait-il de configurations utilisant la nouvelle architecture Ampere ?

Après Turing gravée en 12 nm, Nvidia est attendue sur une nouvelle architecture Ampere (voire Hopper selon d’autres sources) cette fois gravée en 7 nm qui doit être présentée durant le printemps (à moins que le coronavirus ne joue les perturbateurs).

Deux cartes graphiques ont été repérées en benchmark avec un très grand nombre de coeurs et, même si ces références datent de plusieurs mois, elles pourraient éventuellement correspondre à de futurs produits Nvidia.

La première embarque 118 CU (Compute Units), soit quelque 7552 coeurs CUDA tandis que la seconde propose 108 CU, soit 6912 coeurs CUDA, avec des fréquences de l’ordre 1,10 à 1,11 GHz et avec respectivement 23,8 Go et 46,8 Go de mémoire associée.

Ce type de configuration n’est pas destiné à des cartes graphiques GeForce, ni même Quadro, mais sans doute plutôt à des accélérateurs Nvidia Tesla, en première analyse.

Les valeurs obtenues sur OpenCL tendent aussi à confirmer qu’il s’agit de nouvelles générations d’accélérateurs Tesla, la première allant au-delà des valeurs des Tesla V100 et la seconde fournissant des résultats similaires.

Piratage et téléchargement illégal : le gouvernement contre la transaction pénale pour les internautes

Le gouvernement ne veut pas d’un dispositif qui renforcerait les sanctions sur les internautes dans le cadre de la lutte contre le piratage des contenus protégés par des droits d’auteur.

Lors de son audition par la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée nationale sur le projet de loi audiovisuel, le ministre de la Culture a rappelé que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) seront fusionnés au sein d’une autorité unique.

Cette Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) reprendra les missions de la Hadopi et sera dotée de ” prérogatives renforcées pour lutter contre les sites pirates, y compris en ce qui concerne les compétitions sportives. ”
Franck Riester a précisé que si le gouvernement souhaite renforcer les sanctions sur les sites contrevenants, il n’a par contre pas l’intention de renforcer les sanctions visant les internautes eux-mêmes.

Le ministre loue la réponse graduée actuelle – avec le téléchargement en P2P – pour son efficacité en matière de prévention qui peut être réitérée le cas échéant et amener à une éventuelle sanction. Elle informe en outre sur l’existence de sites pour des offres légales.

” On ne veut pas renforcer ces sanctions en mettant en place un dispositif, notamment la transaction pénale qui aurait pour objectif de renforcer ces sanctions. Les sanctions, on veut les renforcer sur les sites contrefaisants et là nous sommes vraiment déterminés avec des outils très puissants “, a déclaré Franck Riester en soulignant que la législation prévoit déjà des sanctions.
Dans une tribune (PDF), des organisations et syndicats professionnels du cinéma (signataires ci-dessus) ont appelé à ” un rétablissement d’une réponse graduée véritablement efficace ” en apportant leur soutien à une proposition de transaction pénale. ” Une sanction simple (ndlr : comme une forme d’amende), après deux rappels à la loi pour réaffirmer que le piratage est un vol que le pays de l’exception culturelle ne peut tolérer plus longtemps. ”

Avec le projet de loi audiovisuel et en matière de lutte contre le piratage via l’Arcom, le gouvernement veut renforcer les moyens contre les sites miroirs – sites qui apparaissent après la fermeture du site pirate principal – et le piratage d’événements sportifs en ligne.
Un élément clé est la constitution et la caractérisation de listes noires de sites pirates avec un objectif de sensibilisation des intermédiaires de paiement et de publicité pour les informer des sites contrevenants. Et ainsi couper les flux financiers…

Retrouvez notre résumé des mises à jour et téléchargements récemment proposés.

Retrouvez notre résumé des mises à jour et téléchargements récemment proposés.
  • Nvidia GeForce 442.50 WHQL (Windows) : pilotes graphiques Nvidia
  • LibreOffice 6.4.1.2 (Windows, macOS, Linux) : suite de productivité
  • Opera 67.0.3575.31 (Windows, macOS, Linux) : navigateur web
  • Chrome 80.0.3987.122 (Windows, macOS, Linux) : navigateur web
  • ScreenToGif 2.21 (Windows) : réaliser des captures vidéo d’écran et les transformer en GIF
  • GIMP 2.10.18 (Windows, Linux) : édition et retouche d’image
  • Ocenaudio 3.7.10 (Windows, macOS, Linux) : éditeur audio
  • Wireshark 3.2.2 (Windows, macOS, Linux) : analyseur de protocole réseau

Les Français passent 2h12 chaque jour sur internet

C’est une moyenne pour 2019 avec l’existence évidente de disparités assez marquées. L’usage du smartphone contribue à la tendance.

D’après l’étude ” L’Année Internet 2019 ” de Médiamétrie, les Français se connectent en moyenne 22 jours sur un mois, ce qui est quatre fois plus qu’il y a dix ans et avec principalement le smartphone. Sept Français sur dix se connectent chaque jour.

L’usage du smartphone a largement contribué à l’augmentation de la fréquence des connexions avec 37,4 millions de Français qui sont des mobinautes quotidiens, soit 7 millions de plus qu’il y a deux ans. Pour 4 internautes sur 10, le mobile est même le moyen exclusif pour naviguer sur internet.

En moyenne, les Français passent 2h12 chaque jour sur internet. C’est bel et bien une moyenne à l’échelle de la population française et il existe de grosses disparités.

Pour quelque 7,6 millions d’internautes qui représentent les 15 % les plus connectés, le temps quotidien de navigation sur internet avoisine 7 heures. Les plus modérés représentent 25,4 millions de Français avec en moyenne 1h10 par jour.
Parmi les autres chiffres de l’étude, les réseaux sociaux et messageries comptent pour un tiers du temps passé sur internet, avec un podium constitué de Facebook, Snapchat et Messenger. Médiamétrie note que les 11-20 ans préfèrent Snapchat et Instagram, quand les 25-34 ans se tournent davantage vers Facebook.

Les plateformes vidéo sont visitées chaque jour par 37 % des Français. En moyenne en 2019, 44,6 millions de visiteurs uniques se sont rendus chaque mois sur des sites et applications d’actualité. L’année 2019 a en outre enregistré 40 millions de cyberacheteurs avec comme trio de tête Amazon, Cdiscount et la Fnac. Il y a toutefois une montée en puissance de sites marchands tels que Wish ou AliExpress, notamment pour la recherche de bonnes affaires.

Quant au pic d’audience internet, il est très précisément à 21h07 avec 9 millions de Français connectés.

Gmail : un outil d’IA améliore la détection des documents Office malveillants

Avec les pièces jointes, plus de la moitié des malwares proviennent de documents Office malveillants. Gmail a amélioré sa détection avec l’aide du deep learning.

Selon Google, plus de 300 milliards de pièces jointes font l’objet d’une analyse malware chaque semaine afin de bloquer les contenus nuisibles dans Gmail et 63 % des documents malveillants bloqués diffèrent d’un jour à l’autre.

Il s’avère que 58 % de tous les malwares ciblant les utilisateurs de Gmail proviennent de documents malveillants. Pour la majorité (56 %), ce sont des documents Office, alors que les documents PDF comptent par exemple pour 2 %.

Grâce au déploiement d’un nouvel outil d’IA fin 2019, la détection quotidienne de documents Office contenant des scripts malveillants aurait progressé de 10 %. Ce nouveau scanner s’appuie sur des algorithmes de deep learning.

Cette technologie continue d’être développée de manière active et n’est donc pour le moment utilisée que pour l’analyse de documents Office.

” Notre nouveau scanner fonctionne en parallèle avec les capacités de détection existantes. Tous contribuent au verdict final de notre moteur de décision pour bloquer un document malveillant “, écrit Google qui souligne l’intérêt de combiner différents scanners.

Retrouvez notre résumé des mises à jour et téléchargements récemment proposés.

Retrouvez notre résumé des mises à jour et téléchargements récemment proposés.
  • Microsoft Patch Tuesday
  • Adobe Flash Player 32.0.0.344
  • Firefox 74.0 (Windows, macOS, Linux) : navigateur web
  • Tor Browser 9.0.6 (Windows, macOS, Linux) : naviguer sur le réseau d’anonymisation Tor
  • Thunderbird 68.6.0 (Windows, macOS, Linux) : client de messagerie
  • Notepad++ 7.8.5 (Windows) : éditeur de texte et de code source
  • MusicBee 3.3.7367 (Windows) : lecteur audio et gestion de bibliothèque musicale
  • Ocenaudio 3.7.11 (Windows, macOS, Linux) : éditeur audio
  • GPU-Z 2.30.0 (Windows) : tout savoir sur sa carte graphique
  • Calibre 4.12.0 (Windows, macOS, Linux) : gérer sa bibliothèque de livres électroniques

Retrouvez notre résumé des mises à jour et téléchargements récemment proposés.

Retrouvez notre résumé des mises à jour et téléchargements récemment proposés.
  • Google Chrome 80.0.3987.132 (Windows, macOS, Linux) : navigateur web
  • Opera 67.0.3575.53 (Windows, macOS, Linux) : navigateur web
  • BurnAware Free 13.1 (Windows) : logiciel de gravure CD, DVD et Blu-ray
  • AdwCleaner 8.0.3 (Windows) : chasser les programmes potentiellement indésirables
  • CCleaner 5.64.7613 (Windows) : outil de nettoyage et d’optimisation du système
  • Glary Utilities 5.137.0.163 (Windows) : outil de maintenance et d’optimisation du PC
  • ShareX 13.1.0 (Windows) : faire des copies d’écran et screencasts
  • Kodi 18.6 (Windows, macOS, Linux) : lecteur multimédia
  • OpenShot Video Editor 2.5.1 (Windows, macOS, Linux) : montage vidéo
  • Sandboxie 5.33.3 (Windows) : créer un environnement isolé de type sandbox