...

Le président de Microsoft, Brad Smith, a expliqué que les positions du géant américain sur l’open source l’avait placé du « mauvais côté de l’Histoire ».

Microsoft fait marche arrière concernant ses positions passées sur l’open source. Son président, Brad Smith, a ainsi admis que l’ancienne position de Microsoft sur l’open source l’avait placée du « mauvais côté de l’Histoire ». Pourtant, l’ancien PDG de Microsoft, Steve Ballmer, avait déclaré en 2001 que « Linux est un cancer qui s’attache, au sens de la propriété intellectuelle, à tout ce qu’il touche ».

« Microsoft était du mauvais côté de l’histoire lorsque l’open source a explosé au début du siècle, et je peux dire cela de moi personnellement », a toutefois fini par admettre Brad Smith lors d’une conférence sur les sujets d’actualité au laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT (CSAIL). En tant que propriétaire du site de partage de code GitHub, Microsoft aborde aujourd’hui l’open source de manière complètement différente, allant même jusqu’à livrer Windows 10 avec un noyau Linux personnalisé pour les développeurs qui utilisent le sous-système Windows pour Linux.

Microsoft fait son mea culpa sur l’open source
« Aujourd’hui, Microsoft est le plus grand contributeur aux projets open source dans le monde en ce qui concerne les entreprises », s’est ainsi félicité Brad Smith. « Quand nous regardons GitHub, nous le voyons comme le foyer du développement de l’open source, et nous voyons notre responsabilité comme son gardien pour en faire un foyer sûr et productif pour les [développeurs] ».

Le patron de Microsoft a également estimé que le « moment décisif sur le plan politique » est arrivé avec le scandale de Cambridge Analytica, qui a forcé les géants du numérique à aborder des positions différentes pour échapper aux sanctions des autorités. « Pour diverses raisons, Cambridge Analytica a été un moment où le public s’est davantage concentré sur la quantité de données que les entreprises technologiques ont sur elles. C’était un moment politique décisif parce qu’il a commencé à attirer l’attention sur les entreprises technologiques ».