...

Wi-Fi unique ou scindé, Ethernet, 4G… les modes de connexion en télétravail sont multiples. S’y ajoutent en outre des accès par VPN et avec authentification forte pour la couche de sécurité.

Après un an de pratique intensive du télétravail, il n’est jamais trop tard pour bien faire, d’autant que le travail hybride s’inscrira dans la durée. Aux configurations d’urgence du premier confinement se substituent des solutions plus pérennes, garantissant confort en termes de bande passante et sécurisation des usages.

Dans un article du 30 avril, l’Arcep, le régulateur des télécoms, rappelle ainsi les bonnes pratiques à adopter pour optimiser la qualité de sa connexion internet. Une box rangée sous le téléviseur n’est pas forcément l’emplacement idéal, surtout en cas d’accès en Wi-Fi dans une maison.

connecter-pour-le-télétravail-2Fodis

Privilégier une connexion Wi-Fi en 5 Ghz

L’autorité préconise par exemple de placer la box dans un endroit aussi dégagé que possible, de l’éloigner d’autres équipements sans fil, d’utiliser un répéteur Wi-Fi si la surface à couvrir est grande, ou encore de privilégier les fréquences Wi-Fi 5 GHz.

Les box de dernière génération permettent de choisir entre les fréquences 2,4 GHz et 5 GHz. Cependant, certains équipements embarquent une fonctionnalité baptisée “Band steering”, ou “Wi-Fi intelligent”. Dans ce cas, inutile de paramétrer les fréquences, le routeur gère automatiquement.

Enfin, et c’est une évidence, privilégiez une position centrale pour travailler à domicile, idéalement au plus près du poste de travail. Il sera alors possible de se connecter en Wi-Fi, mais également par le biais d’un câble Ethernet.

Le câble n’est pas mort, non. Son usage peut même être recommandé dans certaines configurations ou pour des usages spécifiques. Ainsi, en cas d’accès par VPN (réseau privé virtuel), l’association avec le Wi-Fi peut se traduire par un ralentissement du débit.

Pour se connecter à ses courriels, c’est acceptable. Cela l’est moins en revanche pour participer à des visioconférences, très gourmandes en bande passante. Désactiver le VPN ? C’est peu recommandé, voire impossible si la politique de sécurité de l’entreprise impose son activation.

Un câble Ethernet et des connexions multiples

La solution consistera donc à raccorder directement le PC et la box par le biais d’un câble Ethernet. Celui-ci est livré par défaut par tous les fournisseurs d’accès avec le boîtier de connexion. Les débits seront alors plus rapides avec cette connectique.

Autre piste d’optimisation : la répartition des usages en fonction des réseaux. Si votre connexion cuivre (ADSL) patine un peu, il peut être préférable de répartir la consommation de bande passante. La visioconférence pourra s’effectuer directement sur smartphone connecté en 4G, ou sur PC via le partage de sa connexion mobile.

Un inconvénient cependant : la consommation. L’Arcep rappelle que la vidéo nécessite 1 à 4 Go de données par heure, à décompter donc de votre enveloppe data comprise avec le forfait mobile. En comparaison, le VPN est moins consommateur de données.

De la même façon, les appels audio peuvent être réalisés en 4G, mais aussi via internet en téléphonie sur IP. En outre, c’est une obligation désormais pour les opérateurs télécoms de proposer des options voix ou SMS sur Wi-Fi. Le smartphone peut être paramétré pour la réception et l’émission d’appels via une connexion par défaut au réseau Wi-Fi de la box.

En matière de connexion en télétravail, le réseau n’est pas tout. Encore faut-il sécuriser les accès. Le VPN constitue la couche de base. Ce lien sécurisé permet de se connecter aux ressources de l’entreprise et de chiffrer les échanges. Une autre protection peut compléter le VPN, l’authentification forte.

Elle est particulièrement nécessaire lorsque les utilisateurs se connectent depuis des terminaux personnels. Ce mode d’authentification est recommandé aussi pour les PC gérés par la DSI pour protéger les accès aux données et applicatifs sensibles. Au mot de passe s’ajoutera ou se substituera un code unique ou une donnée biométrique, par exemple.

Source : ZDNet.com